La réalité augmentée, un domaine transversale

La réalité augmentée, un domaine transversale

La réalité augmentée, un domaine transversale

La réalité augmentée sont des systèmes informatiques, dont le principal rôle est de permettre la superposition d’un modèle virtuel en 2D ou en 3D en temps réel et avec la réalité. Elle réunit toutes les techniques facilitant l’incrustation des objets virtuels dans des images. Elle est, en effet, la bienvenue tant à la perception visuelle qu’aux perceptions à la main ou à l’audition. Elle s’utilise dans de nombreux domaines, pour ne citer que les jeux vidéos, la télévision, le cinéma, les grandes sociétés de construction, le médical, etc.

Quels matériels utilisés pour faire de la réalité augmentée ?

realite-augmentee.jpg

Pour venir à bout de la réalité augmentée, il faut avoir au moins 3 éléments. Vous devez disposer d’un dispositif vous permettant de capter l’environnement et de vous aider à déterminer la réelle situation. Pour cela, il vous suffit de choisir librement entre une caméra, un GPS, un hydromètre, un accéléromètre et autres. Vous avez certainement aussi besoin d’un matériel (ordinateur) vous permettant de mieux maîtriser l’environnement et de l’insérer dans des éléments virtuels. Pour parvenir à la réalité augmentée, il faut également recourir à de la technologie. Cet appareil vous permet de visualiser le résultat de la superposition.

La réalité augmentée et les applications ?

les-applications.jpg

Basée sur l’usage des coordonnées géographiques, la réalité augmentée permet la géo localisation. Il n’est donc pas difficile pour ce logiciel de déterminer la réelle situation ainsi que le sens du regard de chacun. Il peut même déterminer des informations plus précises comme l’application Métro Paris. Le logiciel avec la réalité augmentée peut aussi reconnaître une image à sens augmenté, d’où une réalité visuelle basée sur la reconnaissance d’images. Si avant, nous ne pouvions utiliser que des marqueurs monochromes, actuellement, les ordinateurs permettent le traitement des algorithmes facilitant les reconnaissances d’images. Désormais, les marqueurs sont considérés comme des sources et des images purement classiques.